Partenaires

LTHE



Rechercher

Accueil du site >

Le mot de la Directrice

par juen - 29 janvier 2016

Le LTHE : un laboratoire de 120 personnes consacré à la recherche sur le cycle de l’eau et ses liens avec le climat et l’environnement maîtrisant un savoir-faire reconnu en instrumentation et en expérimentation. Le Climat, l’Eau et l’Environnement, des sujets d’étude multidisciplinaires à la croisée des défis scientifiques du 21 ième siècle impliquant des stratégies d’observation allant de la parcelle aux grands ensembles climatiques régionaux, une recherche de pointe sur les mécanismes et des approches de modélisation intégrée. Dans tous ces domaines, notre laboratoire conjugue Recherche, Formation à la Recherche et Coopérations internationales, notamment avec les pays du Sud.

Le LTHE ;

Un laboratoire de 120 personnes consacré à la recherche sur le cycle de l’eau et ses liens avec le climat et l’environnement...

Le laboratoire d’étude des transferts en hydrologie et environnement (LTHE) est un des laboratoires français de référence dans le domaine des recherches sur le cycle de l’eau et ses liens avec les évolutions climatiques et environnementales. Le LTHE regroupe plus d’une centaine de chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, techniciens, doctorants, venus de différents horizons disciplinaires tels que la physique, la mécanique, les sciences de la Terre ou la biologie, travaillant en laboratoire et sur de nombreux sites naturels répartis sur quatre continents (Bénin, Bolivie, Brésil, Equateur, France, Inde, Israël, Jordanie, Mali, Mexique, Népal, Niger, Ukraine).

 

... maîtrisant un savoir faire reconnu en instrumentation et en expérimentation.

Climat, Eau, Environnement sont les trois mots clefs de l’activité du laboratoire. Mener des recherches sur les processus gouvernant les interactions entre ces trois domaines requiert des compétences en expérimentation et en modélisation, en techniques d’observation et en analyse de données. Une des spécificités du laboratoire est donc le développement de capteurs et leur mise en œuvre dans le cadre de campagnes de terrains internationales et d’observatoires de recherche dont la mission est de surveiller les évolutions de court et moyen terme du climat et de l’environnement.

 

Le Climat, l’Eau et l’Environnement, des sujets d’étude multidisciplinaires à la croisée des défis scientifiques du 21ème siècle...

Les recherches conduites au LTHE traitent des extrêmes climatiques et de la qualité de l’environnement. Pour mieux prévoir l’évolution des ressources en eau et du climat, les chercheurs du laboratoire s’intéressent aux processus qui agissent aux interfaces : le LTHE cherche à valider des hypothèses scientifiques sur le devenir de l’eau dans le sol et l’influence de la surface terrestre sur l’atmosphère. Des recherches sont donc menées sur les modèles couplés. Pour être compris puis prévus, les extrêmes climatiques comme la grande sécheresse d’Afrique de l’Ouest ou les crues éclair méditerranéennes nécessitent à la fois des observations de longue durée que nous conduisons dans le cadre des Services d’Observation de l’INSU et des modélisations numériques que nous développons en collaboration avec des partenaires comme Météo France et le Cemagref. Le LTHE développe en parallèle les modélisations et les observations, ces dernières servant à la fois à la calibration des instruments et des capteurs et à la validation des modèles.


... impliquant une stratégie multiscalaire, du 1D au 4D, l’expertise des transferts et la nécessité de la spatialisation.

L’eau joue un rôle fondamental sur la qualité de l’environnement au sens où elle permet le transfert des éléments nécessaires à la vie et des polluants dans les sols et les rivières. Pour décrire ces transferts nous mettons en œuvre des expérimentations sur des plateaux techniques et sur des sites ateliers et nous développons des métrologies spécifiques. Celles que nous peaufinons dans le domaine de la télédétection facilitent la spatialisation de l’information et alimentent la modélisation distribuée. Pour répondre à des questions pratiques de gestion de la ressource en eau, de choix de pratiques agricoles ou de stockage de déchets par exemple, nous développons une modélisation numérique capable de reproduire la complexité des paysages et des sites.

 

Pour ce faire, notre laboratoire, c’est, autour de la Recherche, la Formation, la Formation à la Recherche et une culture de la coopération avec les pays du Sud.

La politique scientifique du LTHE répond aux missions de recherche, de formation et de coopération avec les pays du Sud que lui confèrent ses différentes tutelles (CNRS, G- INP, IRD, et UJF). Elle privilégie la participation à de grands projets internationaux (AMMA, Chantier Méditerranée, Missions satellitaires tels que SMOS et Megha-Tropiques), sans pour autant délaisser les terrains d’étude régionaux (Centre de Stockage des Déchets Ultimes de Chatuzange dans la Drôme, Réserves Naturelles du Vercors et du Luitel, Glacier de Tête Rousse). La trentaine de doctorants et post-doctorants accueillis en permanence au laboratoire, de même que les étudiants des formations de master et d’ingénieur, ont ainsi l’opportunité de se former à la diversité des problématiques climatiques et hydrologiques dans des contextes environnementaux et sociétaux très variés. Les relations avec les pays du Sud sont anciennes et suivies. Elles correspondent à la volonté de développer des partenariats de long terme avec les scientifiques et les institutions de ces pays et ceci de différentes manières : accueil d’étudiants, participation conjointes à des projets de grande envergure, tels qu’AMMA en Afrique de l’Ouest ou bien encore chantiers communs de moindre ampleur mais répondant à des préoccupations bien identifiées de gestion ou de préservation des ressources (Zones agricoles au Mexique, Glaciers tropicaux en Bolivie, Equateur ou Népal).