Partenaires

LTHE



Rechercher

Accueil du site >

Résultats scientifiques à la Une

Devenir et impact des nanoparticules d’oxydes métalliques dans les sols : peu mobiles mais toxiques pour les microorganismes !

L’impact des nanoparticules manufacturées de TiO2 sur les microorganismes est très variable dans les sols. Peu de sols semblent sensibles aux nanoparticules de TiO2, mais les sols sensibles sont fortement impactés dans leur fonctionnement microbiologique Dynamique, réactivité et écotoxicité des nanoparticules d’oxydes métalliques dans les sols : impact sur les fonctions et la diversité des communautés microbiennes Marie Simonin (Thèse de doctorat, 12/10/2015) https://tel.archives-ouvertes.fr/te... (...)

Lire la suite

Une tendance à la hausse pour les pluies extrêmes dans le sud-est de la France

Afin d’étudier l’évolution des pluies extrêmes entre 1958 et 2014 dans la région méditerranéenne du sud-est de la France, des chercheurs du Laboratoire d’études des transferts en hydrologie et environnement (LTHE/OSUG, Université Grenoble Alpes / CNRS / INPG / IRD) ont analysé, à l’aide d’un modèle statistique, deux jeux de données correspondant à des échelles spatiales différentes. Il ressort de ce travail qu’au niveau de la région étudiée, les pluies extrêmes ont connu une relative stabilité des années 60 (...)

Lire la suite

Peut-on continuer à utiliser Tillandsia capillaris, plante épiphyte Andine, comme un bioindicateur low-cost de la qualité de l’air en Amérique Latine ?

La pollution atmosphérique dans les mégalopoles a un impact majeur sur la santé humaine et la qualité de l’environnement. Une alternative à l’utilisation de filtres pour identifier les polluants environnementaux contenus dans ces particules tels que les métaux lourds consiste à utiliser des espèces bioindicatrices. Les Tillandsias capillaris sont des plantes épiphytes de la famille de Broméliacées qui sont souvent utilisées dans des études de surveillance de la qualité de l’air, car elles puisent tous (...)

Lire la suite

Précipitations dans les Andes tropicales : analyse spatio-temporelle, inter-comparaison de forçages et impacts dans un modèle glacio-hydrologique

La cordillère Blanche au Pérou , une frontière climatique ?

Mieux documenter la variabilité spatio-temporelle des variables météorologiques utilisées en entrée des exercices de modélisation des processus et du fonctionnement hydro-glaciologique des bassins versants à composante glaciaire est un pré-requis nécessaire. On s’intéresse ici aux précipitations, dans un contexte tropical avec le travail réalisé sur le bassin versant du Rio Santa dans les Andes du Pérou dans le cadre de la thèse de doctorat soutenue par Lise Mourre le 10 décembre 2015, réalisée au sein de l’équipe CYME (LTHE, LGGE).

Lire la suite

Quand les lacs enregistrent les séismes

L’évaluation de l’aléa sismique est une question cruciale mais délicate pour les sociétés, et plus particulièrement pour celles de la région grenobloise située en zone d’aléa sismique 4 (la plus haute en France métropolitaine). En particulier, il est nécessaire de retrouver des chroniques d’activité sismique bien au-delà des périodes instrumentales ou historiques pour tenter d’estimer les temps de retour de ces événements. Dans ce contexte, des enseignants chercheurs du pôle PAGE et de l’OSUG (LTHE, ISTERRE, (...)

Lire la suite

Persistance de l’antibiotique Sulfamethoxazole dans les environnements terrestres et aquatiques de l’Altiplano Nord Bolivien et son impact sur les populations bactériennes

Les antibiotiques font partie des micropolluants émergents. Leur principal impact est sur ​​la structure et la diversité des communautés bactériennes, avec le possible développement de résistance aux antibiotiques chez les microorganismes, y compris les pathogènes. Ces risques sont potentiellement augmentés dans les pays émergents où les eaux usées sont parfois directement rejetées dans les écosystèmes naturels sans traitement. Le Sulfaméthoxazole (SMX ) est l’un des antibiotiques les plus fréquemment (...)

Lire la suite

La réanalyse des bilans de masse du Glacier 15 de l’Antisana (Equateur) met en évidence une sous-estimation de l’accumulation à haute altitude

Issu du travail de thèse de doctorat soutenue par Ruben Basantes le 8 juillet 2015, réalisée au sein de l’équipe CYME (LTHE, LGGE) sous la direction de Bernard Francou (IRD, LTHE) et Antoine Rabatel (Univ. Grenoble Alpes, LGGE). Cette thèse a été appuyée par un financement de l’agence équatorienne de recherche (SENECYT), de l’ambassade de France en Equateur, et a bénéficié du soutien du Labex OSUG@2020 (Investissements d’avenir ANR10 LABX56) et du laboratoire mixte international GREAT-ICE. Elle a reposé largement sur les observations glaciologiques menées dans le cadre du volet Andin du SO/SOERE GLACIOCLIM

Lire la suite

Le réchauffement climatique et l’absence de traitement des eaux usées aggravent le risque d’eutrophisation en zone tropicale

En l’absence de politiques efficaces de gestion de l’eau, l’urbanisation rapide des pays émergents de la zone tropicale exacerbe la dégradation de la qualité des milieux aquatiques. Les perspectives de réchauffement climatique, notamment la hausse des températures, vont augmenter le risque d’eutrophisation des milieux aquatiques. Fig. 1 : Présentation de l’état d’eutrophisation du réservoir de Cointzio par la commission nationale de l’eau mexicaine (CONAGUA) (1apLana.mx, 24 octobre 2014) Après (...)

Lire la suite

Etude de la couche de surface atmosphérique et des flux turbulents sur deux glaciers de montagne dans les Andes tropicales et les Alpes françaises.

Thèse soutenue par Maxime Litt le 16 février 2015, Réalisée au LTHE sous la direction de : Jean-emmanuel Sicart, IRD, LTHE Patrick Wagnon, IRD, LGGE LTHE Warren D. Helgason, de l’Université du Saskatchewan , Canada Cette thèse a été appuyée par un financement ministériel. Les campagnes de mesures ont été financées par un fond ANR jeune chercheur (TAG 05-JCJC-0135), et le soutien du Labex OSUG@2020 (Investissements d’avenir ANR10 LABX56). Nous étudions les flux turbulents de chaleur sensible et de (...)

Lire la suite

Forte réduction des glaciers de l’Everest, réalité ou intox ?

Un article récemment publié dans la revue The Cryosphere par des chercheurs du LTHE, du LGGE, d’ICIMOD et d’Utrecht University et intitulé « Modelling glacier change in the Everest region, Nepal Himalaya » a fait l’objet d’un communiqué de presse de l’EGU. Les résultats de cet article sont alarmistes puisque selon les scénarii climatiques envisagés (+5°C à +8°C d’ici 2100), 70 à 99% des 410 km2 des glaciers de la région du toit du monde pourraient disparaître d’ici 2100. Dans cette région hautement (...)

Lire la suite